L'art et la manière d'apprendre/Uncategorized

Le TOEIC, les universités, les recruteurs

Unknown.png

Qu’est ce que le TOEIC tout d’abord?

Le TOEIC ou Test of English for International Communication est un examen officiel de certification du niveau d’anglais à destination des non-anglophones. Créé dans les années 70 par l’ETS  (Educational Testing Service, organisme spécialisé dans l’évaluation des compétences) pour répondre aux besoins du gouvernement japonais qui cherchait une manière d’évaluer les aptitudes des non anglophones à comprendre l’anglais des affaires, il est aujourd’hui devenu un test de référence à travers le monde (l’ETS, qui édite ce test, revendique 7 millions de tests TOEIC chaque année) et particulièrement en France.

En effet, beaucoup de recruteurs le demandent aux candidats désirant postuler chez eux. La plupart des écoles de commerce et des écoles d’ingénieur aujourd’hui ont intégré la préparation du TOEIC à leur cursus et conditionnent même l’obtention du diplôme à la validation du TOEIC avec un score spécifique (en général au dessus de 785 points soit l’équivalent en niveaux de référence européens d’un niveau B2).

Il existe trois versions du test, la plus fréquente en France est la version listening and reading où seules ces deux aptitudes sont évaluées et qui se présente entièrement sous forme de QCM.

Les test TOEIC se déroulent soit au sein des universités et écoles elle mêmes soit via des centres agréés par l’ETS.

Le tarif du test dépend de la devise, il coûte environ 120 euros en France et le paiement se fait en ligne à l’inscription. Les étudiants et demandeurs d’emploi bénéficient de tarifs préférentiels.

 

Quel intérêt?

Ceux pour qui le TOEIC n’est pas obligatoire dans le cadre de leur formation se demandent souvent si ce test est utile à leur carrière, que ce soit pour une recherche d’emploi, une évolution ou une reconversion professionnelle.

Pour le recruteur

En France, dans beaucoup de domaines qui requièrent l’anglais professionnel, un score de TOEIC est soit clairement demandé soit vivement recommandé. Il s’agit en effet pour les recruteurs d’évaluer le niveau d’anglais des candidats de manière standardisée via un même critère d’évaluation fiable, bien que ce que l’on peut reprocher au test tel qu’il est généralement passé est qu’il n’évalue pas les capacités du candidat à s’exprimer ni à l’oral ni à l’écrit, ce qui surprend de prime abord pour un examen de langue et lui vaut souvent le qualificatif d’examen de « bachotage ». Ceci n’est pas faux en effet et d’autres examens comme l’IELTS ou même le TOEFL mesurent mieux les aptitudes globales à communiquer en anglais.

Pour le candidat, l’élève ou le professionnel

Du point de vue du candidat, un score de TOEIC est un outil de choix qui transforme la catégorie « langues » du CV en véritable atout professionnel, à l’inverse des mentions « lu, écrit, parlé » ou « notions/intermédiaire/avancé » que l’on croise encore souvent sur certains CV et qui provoquent la méfiance du recruteur. Ces mentions ne sont en effet pas significatives et recouvrent une réalité trop variable au regard du niveau qui se cache derrière.

De manière générale, tout ce dont vous pouvez attester de manière fiable vous valorise et tout ce que vous mentionnez sans justification peut vous desservir en donnant l’image d’une candidature brouillonne, insuffisamment réfléchie ou manquant de rigueur. C’est autant valable pour les langues que pour la catégorie « informatique » et la fréquente mention « maîtrise du pack office », trop floue pour appuyer une candidature d’une quelconque manière, ou encore la catégorie « loisirs/hobbies » et ses fameuses mentions « voyages », « cuisine », « lecture » qui donnent souvent une image peu reluisante de « remplissage »de CV. J’aurai l’occasion de développer le sujet ultérieurement dans un article dédié.

Pour en revenir au TOEIC, la mention d’un score d’examen sur un CV suscite l’intérêt d’un recruteur, mais pourquoi choisir le TOEIC, si tant est que vous avez le choix?

Le format de l’épreuve (QCM et aptitudes d’écoute et de compréhension évaluées uniquement) parle de lui même.

Par ailleurs, le TOEIC nécessite un socle de connaissances de l’anglais bien moindre que les autres examens officiels, qui sont plus exigeants à la fois en termes de vocabulaire et de grammaire mais aussi de créativité pour pouvoir s’exprimer aisément oralement et à l’écrit dans une langue qui n’est pas la sienne.

Enfin le prix est également un argument de poids, le TOEIC étant moins onéreux que le TOEFL ou l’IELTS par exemple, et tout aussi reconnu.

Bilan

  • Le TOEIC est donc un sésame avant tout utile pour valoriser un CV, offrir un gage de sérieux au recruteur et permettre ainsi d’accéder à des entretiens d’embauche où vous pourrez ensuite si cela est demandé démontrer vos aptitudes réelles à manier l’anglais en situation
  • On le choisit car il est connu des recruteurs en France et constitue une forme d’évaluation standard.
  • Il a l’avantage de rester accessible financièrement et aussi en termes de difficulté.
  • Enfin il assure un niveau de connaissances minimal en anglais professionnel que vous pouvez faire évoluer par la suite selon vos besoins pour maitriser l’anglais dans toutes les situations que requièrent vos responsabilités et votre environnement de travail.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Advertisements

Un avis?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s