Oh là là ! Levons le mystère sur cette expression française mythique

Oh là là !

Oh là là. Peut-être l’interjection la plus célèbre du monde, qui a laissé perplexes des générations entières d’élèves non francophones débutant leur apprentissage du français et qui n’ont pas hésité à se transmettre doctement le mystère (souvent jamais dissipé) de la signification de cette bizarrerie, pour bien signifier aux suivants sur la liste que le français est une langue éminemment compliquée mais qu’on ne peut s’empêcher de trouver secrètement so chic.

 

On utilise tous « oh là là » sans nous en rendre compte. Mais au moment de décortiquer ce « oh là là », on s’en détache tous et on l’imagine plus volontiers sortir de la bouche d’une biquette parisienne blonde, la cinquantaine contrariée (par son dermato) qui se rend compte que Banette lui a vendu une baguette plus bronzée que d’habitude.

(Ca fait cliché mais décortiquer Ohlala revient de toute manière à étaler les clichés pour mieux les questionner ).

 

Bizarrement, lorsque je me suis lancée Ohlala comme sujet d’étude, mon premier réflexe a été de chercher quelles images sont associées à cette expression et la plupart d’entre elles sont liées à Paris, qui n’est donc pas seulement la « Ville Lumière » mais la ville du Ohlala. Les clichés vont bon train, et je soupçonne -sans en avoir la preuve- qu’ils sont véhiculés depuis deux ou trois décennies par les films américains qui fantasment sur la tour Eiffel (Ohlala est certainement la première interjection qui vient à l’esprit des américains lorsqu’ils la voient), les monuments, les grandes artères du shopping et où, lorsqu’on goûte les macarons emblématiques de la capitale à 10 euros pièce, il est vrai que cela peut faire un effet Ohlala dans le portefeuille.

 

ohlala.jpg

 

Interjection emblématique du français lui-même, elle signifie à la fois tout et exactement son contraire:

la joie et l’excitation :  » Oh là là chéri! Quel cadeau SPLENDIDE !  »
– ou bien la tristesse :  » Oh là là, quel malheur… »
l’étonnement :  » Oh là là, mais c’est fou qu’il ait osé faire ça!  »
ou encore la déception :  » Oh là là, c’est dommage, tu y étais presque, à un point près tu réussissais… »

 

J’ai découvert récemment que le blog de l’Office de Tourisme de Loire Atlantique s’intitule, en raison d’un jeu de mot vaguement spirituel (mais qui a du coûter des nuits blanches mémorables aux stagiaires d’une agence de pub) « Oh LA L.A. »  (Oh LA Loire Atlantique).

Un magazine Hollywoodien de fashion et photographie en ligne, le OHLALA Mag, joue lui aussi sur l’image française chic et glamour que véhicule le mot.

Bref, vous l’aurez compris, de nombreux emplois tous aussi peu cohérents entre eux que possible entretiennent une confusion quasi indélébile dans l’esprit de nombreux apprentis francophones.

 

J’ai remarqué avec amusement que c’est souvent le premier mot en français que les gens apprennent, le dernier qu’ils comprennent, mais aussi celui qu’ils retiennent le mieux !

 

expression ohlala polyglotte polyglotworld.jpg

Vous êtes un(e) inconditionnel(le) de l’expression »oh là là  » ? Expliquez-nous en commentaire comment vous l’utilisez!

 

Le saviez-vous? Nous proposons de nombreuses prestations autour des langues

Find out about our language courses and other services:

 

Capture d’écran 2017-04-04 à 17.26.25.png

©Polyglotworld 2017 – Tous droits réservés – All right reserved

Publicités

Un avis?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s