Les cartes mentales illustrées pour apprendre le français, façon “Le français vu du ciel” de Marion Charreau : quels atouts et quelles limites?

Cela fait un moment que nous planifions cet article et nous avions pas mal parlé sur notre page et notre groupe Facebook, demandant l’avis des professeurs et étudiants qui connaissent ou utilisent le livre « Le français vu du ciel ». Aujourd’hui, nous vous proposons enfin de découvrir notre avis sur cet ouvrage et sur son approche de la langue française basée sur l’usage des cartes mentales illustrées.

Cet article participe à l’évènement inter-blogueurs « Le support visuel dans l’apprentissage d’une langue étrangère », organisé par le blog Le français illustré.

le français vu du ciel apprendre le français le français illustré.jpeg

Le livre « Le français vu du ciel »

Avant d’aller plus loin, présentons d’abord cet ouvrage. « Le français vu du ciel » est un livre de Marion Charreau, qui est formatrice en mind mapping (ou cartes heuristiques aussi appelées cartes mentales), et en facilitation graphique. Elle anime des ateliers en France et en Espagne pour le FLE (français langue étrangère, le français pour ceux dont ce n’est pas la langue maternelle).

Le livre a été publié en octobre 2016 aux éditions Le Robert (oui, comme le dictionnaire). Il se présente sous la forme d’un album de 96 pages, entièrement illustré.

Chaque double page aborde un thème de la langue française, et les 39 thèmes se suivent selon un certain ordre : s’orienter dans la langue française, les genres des noms, les déterminants, les genres des adjectifs, les pluriels, se présenter…Voici le sommaire :

Capture d’écran 2018-12-07 à 12.06.04.png

Le livre peut être abordé de 2 façons : on peut lire de manière classique, page après page, les thèmes qui se suivent, ou préférer l’angle du « voyage » dans la langue française, qui se fait en montgolfière au-dessus des « territoires de la langue française », au gré des envies du lecteur.

cartes mentales le français illustré marion charreau apprendre le français.png
Illustration extraite de l’ouvrage Le français illustré, par Marion Charreau

Illustration et mind mapping au service de l’apprentissage du français

Dans cet ouvrage, Marion Charreau illutre des grands thèmes grammaticaux, orthographiques et lexicaux du français, pour permettre au lecteur de mieux les comprendre, en offrant une vision globale sur ces sujets.

L’illustration apporte un plus en facilitant la compréhension par tous, et en montrant l’interconnexion des idées. 

La dimension supplémentaire du mind mapping, quant à elle, vise à permettre également une meilleure compréhension d’un sujet, mais aussi à favoriser sa mémorisation. Comment? Le mind mapping est une manière de schématiser l’information, montrant les liens entre les idées à partir d’un sujet central.

La schématisation peut se faire de manière linéaire ou non.

Ici, l’auteure utilise l’outil du mind mapping afin de cartographier la langue française, ce qui précisément permet d’accéder à une vision globale de la langue. Intéressant, non?

comprendre la langue française le français illustré.jpeg
Exemple de double page extraite de l’ouvrage, sur le thème du pluriel en français. Le thème est visuellement présenté sous la forme d’une carte et contient une schématisation des possibilités concernant le pluriel en français.

Le mind mapping

Le mind mapping est un outil pratique pour schématiser visuellement l’information, de manière illustrée ou non.

Le terme a été popularisé par Tony Buzan, dans les années 70, lorsqu’il animait une émission sur la BBC, même si le concept de représentation schématique de l’information remonte à l’Antiquité.

Aujourd’hui, le mind mapping est devenu très populaire, il est de plus en plus employé à l’école pour faciliter la mémorisation de l’information par les élèves ou les aider à résumer de l’information. Il est également employé dans les entreprises, lors de séances de brainstorming, où le mind mapping permet à l’imagination de fleurir, mais aussi pour permettre la prise de notes rapide ou encore pour clarifier des sujets compliqués.

big_artfichier_243973_6335485_201610175139795.jpg
Exemple de carte mentale en classe d’histoire-géo (source: https://uneautrehistoire.blog4ever.com/carte-mentale-les-metropoles-et-leurs-habitants)

Atouts et limites des cartes mentales illustrées façon « Le français vu du ciel »

Alors, que penser de cette façon particulière d’aborder la langue française, de manière schématique et illustrée?

  • L’idée est très intéressante, car une langue c’est effectivement « un monde », et la manière habituelle que l’on a d’aborder le français par exemple en cours de FLE se fait par le petit bout de la lorgnette : les articles, les genres, etc, sans insister ou être en mesure de montrer les liens qu’ont les sujets entre eux. La cartographie et l’illustration facilitent la connexion entre les idées et rendent la compréhension et l’apprentissage plus aisés pour les élèves/étudiants.

 

  • La manière visuelle d’aborder la langue la rend plus accessible, encore plus à ceux qui la découvrent et qui débutent dans l’apprentissage. Le dessin démystifie la complexité de la langue et  rend celle-ci plus attrayante (de l’avis de nombreux étudiants que nous avons interrogés à ce sujet).

 

  • Pour certains sujets, les cartes mentales viennent en renfort d’une leçon plus théorique, comme dans l’exemple des connecteurs logiques, certains étudiants apprécient de les étudier sous la forme d’un tableau tandis que d’autres trouvent la présentation tableau rébarbative et non propice à la mémorisation. L’ouvrage « Le français vu du ciel » propose notamment une carte mentale sympa pour les connecteurs logiques, montrant sous forme d’arborescences les différentes idées que l’on veut chercher à exprimer, assorties d’explications sous forme de dialogue entre les personnages :

les connecteurs logiques en français marion charreau.jpeg

Nous l’utilisons donc souvent en cours.

  • Pour ce qui est des limites de ce type d’approche, que ce soit en classe ou lorsque l’on étudie seul(e), la schématisation n’est pas synonyme d’exhaustivité : tous les détails des règles d’usage ne sont pas notés sur une carte mentale puisque cela alourdirait le message et rendrait la mémorisation aussi difficile que de lire un texte brut. La carte mentale illustrée est donc, à notre sens, un complément à une leçon théorique et non pas une leçon en soi (ou alors assortie d’explications orales de la part de l’enseignant).

 

  • Certains étudiants et professeurs reprochent aux cartes mentales de l’ouvrage d’être trop détaillées et donc « trop confuses » (« informations écrites dans tous les sens »). Il est compliqué de trouver le bon arbitrage entre schématisation et exhaustivité de l’information, à chacun de juger si les cartes facilitent son apprentissage ou lui compliquent l’apprentissage. Nous pensons que les cartes présentées en double page proposent une découverte de l’information agréable et qu’il faut prendre le temps de lire et de regarder chaque carte attentivement, de feuilleter, si nécessaire, plusieurs fois l’album pour s’immerger dans les idées, et de s’imprégner progressivement des notions détaillées.

 

  • Enfin, l’immersion dans la langue française proposée dans cet ouvrage s’adresse en particulier à ceux qui débutent et non pas à des niveaux intermédiaires ou avancés.

Bilan

Pour utiliser nous-mêmes des cartes mentales illustrées en formation FLE (extraites de ce livres ou que nous réalisons nous-mêmes), nous sommes fans de l’idée et nos étudiants ont globalement des avis très positifs sur l’aide qu’elles fournissent à la mémorisation. L’ouvrage « Le français vu du ciel », est intéressant et agréable à utiliser, pour les étudiants et les professeurs, dans le cadre des cours ou à la maison, dans un but de compréhension de la langue française ou simplement de découverte de la langue dans son ensemble.

C’est l’expérience, en tant que prof, qui permet de savoir quels thèmes se prêtent plus à l’utilisation de cartes mentales illustrées (pronoms, connecteurs logiques, les verbes de goût et les articles associés…).

Enfin, il est intéressant de travailler avec les étudiants sur la création de leurs propres cartes mentales, et ce, afin de leur permettre de s’approprier le sujet.

Pour aller + loin

Pour utiliser des cartes mentales en cours de FLE, voici des liens sur le site de Marion Charreau, Territoires des langues.

Vous avez un avis sur l’illustration et les cartes mentales en cours de langues? Commentez!

Publicités

2 commentaires

  1. Je ne connassais pas ce livre et je suis très intéressée par le découvrir afin de l’utiliser pour mes cours. De manière générale je suis d’accord avec vous, les cartes mentales sont très utiles dans l’apprentIssage. Merci pour ce billet super intéressant.

    J'aime

Commentez !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s